top of page

« Le patron qui ne voulait plus être chef » *


Il y a quelques années j’ai entendu parler de « l’entreprise libérée ». Spontanément je me suis demandé, mais « de quoi » ? Du patron bien sûr !!!


Je me souvenais de l’expérience d’auto-gestion chez Lip qui a duré quelques années et servait de vitrine pour les partisans d’un « management autrement ».


Printemps 1973 le groupe horloger Suisse décide de démanteler son usine de montres de Besançon.


Les salariés ne l’acceptent pas, occupent l’entreprise et s’autogèrent.

Leur slogan « on fabrique on vend on se paie ». Les employés pratiquent l’autogestion à travers des dizaines d’Assemblées Générales. L’aventure se poursuivra pendant plusieurs années avec nombre d’aléas*et deviendra une référence pour la gauche autogestionnaire.

La démonstration est faite qu’on peut se passer d’un patron.


C’est ce qu’a voulu également démontrer dans les faits Alexandre Gérard mais en empruntant d’autres chemins.


Il s’agit pour ce dernier d’une démarche volontariste. Je vous renvoie à la lecture passionnante de son livre* qui passe en revue les bonnes raisons qui l’ont amené à faire ce choix gagnant.


J’en ai retenu une idée. Les salariés hostiles à l’entreprise, les « rétifs » au travail ne représenteraient que 3% de la masse des employés. Or les sociétés se sont organisées lourdement force de contremaitres et autres pointeuses pour gérer cette minorité. Cela coute cher.

Il faut raisonner à l’inverse et organiser l’entreprise sur les 97% qui sont de bonne volonté et capables d’assumer leurs responsabilités au travail. Les avantages de la confiance placée en cette majorité l'emporteront largement sur les inconvénients portés par la minorité.

A ce jour, je ne sais pas où en est le concept, et combien de chefs d’entreprises ont suivi l’exemple d’Alexandre Gérard.


De là où je suis, je ne vois pas de raz-de-marée de ce nouveau modèle d’organisation au sein des entreprises.

Il y a des changements qui prennent plus de temps que d’autres, cela semble particulièrement vrai pour le concept de « l’entreprise libérée ».


* « Le patron qui ne voulait plus être chef » Alexandre Gérard-2017-Editions J’ai Lu.

*« L'expérience d'autogestion des LIP de Besançon »



2 vues0 commentaire

Коментарі


bottom of page