top of page

L'obsolescence programmée du salarié



Avant de parler des mécanismes spécifiques à l’entreprise, avant de savoir comment évoluer dans cet univers moins bienveillant qu’il n’y parait, il faut que vous ayez à l’esprit l’idée suivante : l’Obsolescence programmée non seulement de l’organisme biologique que vous êtes mais également de votre statut de salarié.

Nous l’oublions jusqu’à une première alerte de santé, mais nous sommes mortels. L’unité de valeur absolue que vous devez avoir à l’esprit n’est pas l’argent, mais votre temps de vie. Qu’en faites-vous ? A qui, et à quoi le consacrez-vous ? Prenez le temps de répondre à ces questions afin de voir si vous êtes bien en phase avec vos objectifs. En imaginant que vous en ayez.

Cela est une invitation à prendre soin de vous, physiquement et mentalement. Je ne m’y attarderais pas, retenez simplement que votre premier bien de valeur c’est vous-même, votre corps et votre esprit.

Vous êtes salarié ? Vous avez donc le droit de vous taire et d’avoir peur (pour paraphraser Pierre Richard dans “Le Jouet”) *. Pour l’un de mes collègues vous êtes un esclave. Pour Karl Marx, vous êtes un prolétaire, vous n’avez que votre force de travail à proposer en échange d’une rémunération.

A l’instar d’un acteur de cinéma, vous dépendez du bon vouloir d’un employeur et comme tout acteur, plus vous vieillirez et moins vous trouverez de rôles, spécificité du système français qui a ses raisons.

Plutôt que d’attendre les scenarios d’une offre de travail, changer de position et devenez le scénariste de votre existence dans les limites qui sont les votre bien sûr.

Le fait d’être cadre en costume cravate, ou de travailler avec une « cool attitude » au sein d’une start-up n’y change rien : sans le savoir, vous souffrez d’obsolescence programmée. Vous n’avez jamais réfléchi en ces termes ? C’est bien normal, c’est désagréable. Mère nature nous fait jouer un rôle dont les finalités nous échappent. Nous préférons oublier, ne pas penser à cet état de chose dans l’euphorie de nos trente ans. Profitez bien de votre jeunesse, elle ne dure pas. De plus nous savons maintenant que les êtres humains ont du mal à accepter la réalité qui est la leur et n’ont de cesse…de la tordre.

En un mot et en dépit des apparences, vous êtes nu face à votre employeur. Hâtez-vous de vous procurer les clefs de survie en milieu hostile.


Jacques Guillou


“Le Jouet”Francis Film de Francis Weber 1976*






32 vues0 commentaire

Comments


bottom of page